Bio-bibliographie de Christofle de Gamon

Christofle de Gamon naquit à Annonay en 15741. Il était le fils de Jeanne Massabeuf et d’Achille Gamon (1530-1597), avocat et premier consul d’Annonay, ainsi qu’auteur de mémoires sur les guerres de religion dans le Vivarais. D’après les informations que donne Albin Mazon, la famille Gamon prend son origine dans la paroisse de Vanosc, appartenant à la commune de Vocance, dans le Vivarais : au XIe siècle, en effet, l’on relève dans ce territoire les noms Gaimena, Gaimona et Gamona2. Dès au moins la seconde moitié du XVe siècle, les Gamon évoluent plus spécifiquement, comme le remarque Anatole de Gallier, dans le milieu « des judicatures inférieures, qui, sur les deux rives du Rhône, furent le point de départ de tant de familles considérables »3.

Le livre de raison d’Achille Gamon4 donne d’importantes informations sur la formation du poète : en janvier 1587, il fut mis en pension à Boulieu, chez le pédagogue Navet, où il resta jusqu’en octobre de la même année5. En janvier 1589, il se trouvait à Tournon, chez le pédagogue Clément Perdrijon, mais ce séjour fut très bref, et le jeune Christofle revint à Annonay après seulement un mois6. En juillet 1589, il commença ses études à Nîmes, et en septembre 1590 il se rendit à Tournon avec l’apothicaire Jean Maignol7, pour s’établir ensuite à Montpellier « à la practique des finances »8. Le livre de raison d’Achille Gamon ne donne pas d’autres informations à ce sujet, mais nous pouvons croire que Christofle de Gamon ne commença pas la carrière d’officier de finance à laquelle le destinaient ses études, et qu’il se consacra principalement à la poésie.

À la mort d’Achille Gamon, en 1597, des problèmes de succession s’élevèrent entre Christofle de Gamon et ses frères Mondon et Théodore, tous deux docteurs-ès-droits et avocats à Annonay. Le poète était la partie lésée, et la question fut réglée en 1615 par le paiement d’une somme à son profit9. À une date inconnue, Christofle épousa Anne de Bourdier, fille du noble Pons de Bourdier, dont il eut une fille, Madeleine10. Du fait de son mariage, Gamon possédait le fief de Chomenas, près de Chalancon11, et c’est peut-être à la même époque qu’il prit la particule de ; en tout état de cause, son nom se présente sous cette forme depuis au moins 1599, quand il signa son premier ouvrage, les Pescheries. Il est difficile d’affirmer quelle est la valeur de la particule : en effet, fait observer Mazon, jusqu’à la moitié du XVIIe siècle elle pouvait indiquer tout simplement un rapport de famille, surtout chez les cadets12. Mais, suppose l’historien, dans le cas de Gamon il faudrait plutôt penser à une prétention nobiliaire. « Les Gamon d’Annonay », note en effet Mazon, « faisaient évidemment partie de cette classe un peu indécise qui formait l’intermédiaire entre la haute bourgeoisie et la noblesse inférieure, en attendant d’être définitivement admise dans cette dernière »13.

Une autre question, celle de la confession religieuse du poète, nécessite une réponse. À cette fin, il faut d’abord faire le point sur la religion de son père, Achille. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre, et à juste titre : d’après les documents qui nous restent, Gamon père ne fit jamais de profession de foi, et ses Mémoires, caractérisés par une remarquable impartialité, n’apportent pas d’informations à ce sujet. Si les auteurs de l’Histoire générale de Languedoc (1844) tiennent pour acquise l’orthodoxie du mémorialiste14, et si les frères Haag15 et Anatole de Gallier16 partagent cet avis, il faudra pourtant penser, avec Albin Mazon et Justin Brun-Durand, éditeur des Mémoires17, qu’il fut protestant18.

La position de Christofle est beaucoup plus nette que celle du père : déjà dans ses Pescheries (1599)19 nous lisons de dures remarques contre la Ligue et Henri III, ainsi qu’une louange de la paix d’Henri IV20. Nous trouvons une seconde preuve de sa foi protestante dans le poème qui se trouve en tête de l’Advertissement de Jean Valeton21 à l’Église réformée d’Aubenas22. Dans ces stances, Gamon dénonce l’apostasie d’Arnoul Martin, pasteur à Aubenas de 1594 à 1599, qui s’était reconverti au catholicisme23. En 1607, Gamon se rendit avec Valeton au synode de la Rochelle, à titre d’ancien de l’Église d’Annonay24. Après cette date, il n’existe plus de données sur la confession de Gamon, mais nous pouvons croire qu’il resta fidèle au protestantisme jusqu’à sa mort, comme l’écrit Guillaume Colletet dans ses Vies des poètes françois25 : « Il mourut dans son pays natal, à peu près âgé de quarante-cinq ans, conséquemment environ l’année 162126, faisant profession de la religion prétendue réformée, comme je l’y sceu véritablement depuis […] »27.

Portrait de Christofle de Gamon à l’âge de vingt-quatre ans, dans « Le Jardinet de poésie » (Lyon, Claude Morillon, 1600) – Paris, Bibliothèque nationale, département Arsenal, cote RESERVE 8-BL-8989

 

D’après Albin Mazon, il faut attribuer à Gamon le Verger poétique28, recueil poétique anonyme paru en 1598 avec une dédicace à Henri IV. Cette hypothèse serait confortée par l’une des pièces liminaires des Pescheries, écrite par Michel Bleyn, qui loue le « verger beau » du poète, ainsi que par le style et les sujets choisis par le poète anonyme29. Le premier recueil que Gamon signa de son nom furent donc les Pescheries, publiées en 1599. En dehors de quelques essais isolés, dont les églogues marines de Maurice Scève et de Rémi Belleau et des Pescheries d’Isaac Habert30, ce recueil offre l’un des exemples les plus accomplis d’une poésie halieutique française inspirée des Eclogae piscatoriae de Sannazar (1458-1530)31. Le choix de ce sujet de la part de Gamon témoigne de sa volonté d’explorer de nouveaux territoires de la poésie française, et s’intègre dans son projet d’une poésie savante fondée sur l’observation de la nature. La poésie halieutique semble être pour Gamon un moyen d’appréhender et de transmettre un savoir cosmographique et naturel non seulement au sujet des territoires de l’Antiquité classique, mais aussi de sa propre région et des terres nouvellement découvertes. Par son usage original d’un genre rare, le poète se révèle donc doublement innovateur.

Le recueil de vers que Gamon publia en 1600, le Jardinet de poésie32, est plus conventionnel, mais il renferme à son tour des pièces dignes de remarque. Cet ouvrage est divisé en deux parties, l’une de sujet profane, qui alterne le sermo humilis et le mediocris, l’autre de sujet sacré, qui se tient fermement dans le sermo sublimis. La première partie est constituée par le Jardinet de poésie, qui renferme notamment des poèmes sur les quatre saisons et des additions aux Pescheries, mais aussi, les premiers poèmes alchimiques en langue française, le Discours de l’Astronomie inférieure et le Trésor des trésors, qui s’inspirent de la tradition dont Augurelli (c. 1456-1524) fut l’initiateur en Italie. La seconde partie, qui porte le titre de Muse divine, est un ensemble de poèmes de sujet chrétien et biblique33.

En 1609, Christofle de Gamon s’engagea dans une querelle poétique par la publication de La Semaine ou création du monde contre celle du Sieur du Bartas34. L’œuvre semble avoir eu un certain succès, comme l’indiquent les deux rééditions lyonnaises de 1609 et de 161035, et une troisième réimpression de 161536. Remarquablement, Gamon fut l’un des premiers écrivains à considérer comme recevables les idées de Copernic, même si en des termes strictement hypothétiques (voir le billet). L’argumentation du poète dut certainement échauffer certains esprits, puisque Jean d’Escorbiac, au premier livre de sa Christiade (1613), en vint à appeler le poète « Gamon nouveau guenon abusant de la Muse »37. Gamon fut aussi la cible des critiques d’Alexandre de Rivière, qui s’engagea dans son Zodiac poétique (1619)38 à récuser les attaques à son maître. Comme le poème de Du Bartas auparavant, aussi la Semaine de Gamon inspira une traduction néo-latine, mise en lumière par Gilles Banderier39, qui donne un indice de la diffusion et de l’intérêt de ce texte auprès de ses contemporains : signée par Jaqua Françoise Pautrard40, cette traduction latine du premier chant de la Semaine, restée manuscrite, est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Municipale de Besançon41. C’est peut-être à la même époque que Gamon rédigea son recueil jamais publié, l’Antidote des livres d’amour (voir le billet).

La Semaine fut la donc la dernière œuvre imprimée par le poète, mais son activité se prolongea certainement jusqu’en 1618. Gilles Banderier a découvert, en effet, une ode liminaire de Gamon dans les Remarques singulières de la ville, cité et université de Paris d’Étienne Cholet42, et Albin Mazon mentionne celle, déjà citée, qui est placée en tête de l’Histoire des Vaudois de Jean-Paul Perrin. Si, comme le soutient Albin Mazon, Gamon mourut en 1622, alors sa carrière s’interrompit pendant quatre ans, mais il n’existe pas d’informations sur les raisons qui le portèrent à abandonner la carrière de poète pour une période si longue. Il est possible qu’il ait écrit d’autres poèmes liminaires, ou encore que des manuscrits aient été perdus, peut-être dans l’incendie de la mairie d’Annonay en 1870.

Ressortent de cet aperçu des œuvres de Christofle de Gamon certains points principaux qui semblent tous renvoyer à l’esprit novateur du poète. Il est aussi important de remarquer que, si la poésie halieutique, la poésie cosmologique et la poésie alchimique avaient déjà fait l’objet d’essais isolés d’autres poètes de la Renaissance, Gamon semble être l’exemple unique d’un poète qui ait pratiqué les trois. Comme l’écrit Albin Mazon, par ailleurs, les œuvres de Gamon « marquent le point précis où en étaient, à son époque, la géographie, la médecine, l’astronomie, la physique et les sciences naturelles »43 : pour cette raison, leur édition et étude critiques seront en mesure  d’apporter une contribution aussi bien à l’histoire de la littérature qu’à l’histoire des idées de la fin de la Renaissance.

Citer cet article : Chiara Cacciola, "Bio-bibliographie de Christofle de Gamon", Poésie et sciences à la Renaissance, 13/11/2019, https://psren.hypotheses.org/bio-bibliographie-de-christofle-de-gamon.

Notes

  1. Je tire la plupart des informations biographiques sur Christofle de Gamon des travaux de référence d’Albin Mazon sur les Gamon d’Annonay, parus en 1885 dans la Revue lyonnaise (dorénavant indiquée par l’abréviation RL) et en 1894-1909 dans la Revue du Vivarais illustrée (dorénavant RV); pour des références plus précises, je renvoie à la bibliographie. La date de naissance du poète est une estimation de l’historien : les registres protestants d’Annonay ayant disparu dans l’incendie de la mairie de cette ville en 1870, il est impossible de connaître avec certitude cette donnée (RL, 1885, t. 9, n° 52, p. 259 et note 2). []
  2. Voir A. Mazon, RV, 1894, t. 2, n°7, p. 19. []
  3. Anatole de Gallier, Les Tournonnais dignes de mémoire, Paris, Librairie Rouquette, 1878, p. 31 ; RL, 1885, t. 9, n° 50, p. 101. []
  4. Le livre de raison d’Achille Gamon est conservé à la Bibliothèque d’Annonay (cote 1362) : Livre journal ou de raison des affaires domestiques de maistre Achille Gamon, licencié ez droictz, habitant de la ville d’Annonay en Vivarois. La notice précise : « Donné en mai 1865, à la Bibliothèque de la ville d’Annonay, par le baron de la Roque, des Prés (commune d’Eclassan), qui l’avait trouvé “enfoui dans le livre de comptes des affaires domestiques de son grand-père Alexandre Balthazar de la Roque” » (voir Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, Librairie Plon, 1891, t. 13, p. 161-162). Comme le remarque Albin Mazon (RL, 1885, t. 9, n° 51, p. 181), ce fait s’explique par le mariage, en 1686, de Christofle de Gamon (homonyme du poète) avec Catherine Dupont, fille du seigneur de Munas et coseigneur d’Oriol (voir RL, 1885, t. 9, n° 51, p. 185). Mazon suggère aussi l’existence d’un livre de raison antérieur, disparu en 1574, quand la maison d’Achille Gamon fut brûlée par les troupes protestantes (RL, 1885, t. 9, n° 50, p. 105). []
  5. Voir RL, 1885, t. 9, n° 51, p. 179. []
  6. Voir ibid., p. 180. []
  7. Albin Mazon donne les informations suivantes sur ce personnage : d’après l’historien, Maignol était botaniste, plutôt qu’apothicaire, et il fut un important membre du milieu scientifique et lettré de Montpellier. Un intéressant article de Colette Charlot illustre la formation de Jean Magnol (la différence de transcription du nom de famille est à remarquer) pour devenir maître apothicaire et donne aussi des informations biographiques supplémentaires à ce sujet. Jean Magnol était, lui aussi, originaire d’Annonay et s’était établi à Montpellier en 1585 ; il était protestant, détail qui nous servira, plus tard, pour répondre à la question de la confession d’Achille Gamon et de ses fils (voir C. Charlot, « Un compagnon apothicaire au XVIe siècle à Montpellier : Jean Magnol », Revue d’Histoire de la Pharmacie, n° 351, 2006, p. 313-320). []
  8. Voir RL, 1885, t. 9, n° 51, p. 180. []
  9. Voir RV, 1894, t. 2, n° 7, p. 296-297 ; RV, 1907, t. 15, n° 2, p. 64. []
  10. Madeleine de Gamon épousa en 1630 Jacques de Chervil, sieur d’Extremianoux. Le contrat de mariage fut retrouvé dans les minutes du notaire Catalon, à Chalancon (voir RV, 1894, t. 2, n° 7, p. 299). []
  11. Voir RV, 1907, t. 15, n° 2, p. 65. []
  12. Voir RL, 1885, t. 9, n° 53, p. 333-334. []
  13. Ibid., p. 334. Il est intéressant de remarquer que, dans le cadre de la grande enquête sur la noblesse ordonnée par Louis XIV, deux descendants de Mondon Gamon, qui portaient à leur tour le prénom Christofle, furent condamnés en 1698 comme usurpateurs de titres de noblesse (voir RL, 1885, t. 9, n° 53, p. 335). []
  14. Dom Claude de Vic et dom Vaissète, Histoire générale du Languedoc, avec des notes et les pièces justificatives […], Toulouse, J.-B. Paya, 1844, t. 8, p. xj : « Nous avons encore fait usage […] [d]es Mémoires manuscrits d’Achille Gamon auteur contemporain, avocat catholique d’Annonay en Vivarais ». []
  15. Eugène et Émile Haag, La France protestante, ou vies des protestants français […], Paris, Joël Cherbuliez, 1855, t. 5, p. 209 : « malgré l’esprit de modération et d’impartialité qui règne dans cette petite Chronique, rien ne prouve qu’il ait lui-même embrassé la Réforme, et nous sommes portés à croire, avec dom Vaissette, qu’il resta catholique » []
  16. Anatole de Gallier, op. cit., p. 38 : « on croit qu’il était catholique et du parti des politiques ». []
  17. Mémoires de Achille Gamon, avocat d’Annonay en Vivarais (1552-1586), publiés pour la première fois d’après le manuscrit original, introduction et notes par J. Brun-Durand, Valence, Céas, 1888 (réimpression : Genève, Slatkine Reprints, 1971). []
  18. Les deux historiens s’accordent, d’ailleurs, sur la date approximative de sa conversion, en mars 1560, quand Gamon père assista aux États du Languedoc à Montpellier. Même si, comme le souligne Mazon, « le nom d’Achille Gamon ne figure dans aucune des manifestations publiques des protestants d’Annonay » (RL, t. 9, n° 50, p. 98), il est cependant certain qu’en 1576 il fut l’un des prête-noms des protestants de la ville pour l’achat d’une maison destinée à être convertie en temple et, fait encore plus remarquable, qu’à sa mort il fut enterré dans le cimetière protestant d’Annonay (ibid., p. 97). En outre, il résulte d’un acte relatif à un legs de 1589 qu’il était membre du consistoire protestant (RV, 1894, t. 2, n° 7, p. 291). []
  19. Les Pescheries de Christophle de Gamon, divisée en deux parties où sont contenus les plaisirs inconnus de la mer et de l’eau douce, Lyon, Thibauld Ancelin, 1599. []
  20. Voir RL, 1885, t. 9, n° 53, p. 346-351. []
  21. Natif d’Aubenas, Jean Valeton étudia à Nîmes et à Genève. Il fut pasteur à Privas de 1585 à 1617 (voir Eugène Arnaud, Histoire des Protestants du Vivarais et du Velay, Paris, Grassart, 1888, vol. 1, p. 682-683). []
  22. Jean Valeton, Advertissement à l’Église reformée d’Aubenas, sur une lettre à elle escrite par Arnoul Martin, Apostat de la vraye Religion […], [s.l.],[s.n.], 1603. Albin Mazon, qui signale cet ouvrage très rare, n’eut pas l’occasion de le consulter (RV, 1894, t. 2, n° 8, p. 344), mais il est désormais disponible dans une numérisation effectuée par l’Université de Turin (Turin, Biblioteca nazionale di Torino, cote C.SAN 459). []
  23. Voir E. Arnaud, op. cit., p. 652. Sur la controverse qui opposa Martin et Valeton, voir ibid., p. 539-541. Pour les vers en question, voir C. de Gamon, « À Monsieur Valeton sur sa responce à Arnoul Martin », dans J. Valeton, Advertissement à l’Église reformée d’Aubenas, op. cit., f. *7r° : « Mais tu fus pire Arnoul, que la gresle et la foudre, / Car tu cachois le mal que tu alois brassant. / Perfide, ayant gousté la parole très bonne, / Comment peux-tu sentir les Romaines odeurs ? ». []
  24. Voir RL, 1885, t. 9, n° 52, p. 264. C’est dans le cadre du synode qu’il connut Jean-Paul Perrin, pasteur de Nyons, ce qui explique la présence d’une ode liminaire de Gamon dans l’Histoire des Vaudois de Perrin (Jean-Paul Perrin, Histoire des Vaudois, divisée en trois parties, Genève, Pierre et Jacques Chouet, 1618), ouvrage signalé par Albin Mazon qui ne put pas le consulter (RV, 1894, t. 2, n° 8, p. 344). []
  25. Cet ouvrage manuscrit fut perdu dans l’incendie de la Bibliothèque du Louvre en 1871. Albin Mazon dut consulter sa copie partielle, conservée à la Bibliothèque nationale (Département des manuscrits, cote NAF 3073). Voir aussi, sur Colletet, G. Banderier, « Note biographique sur Guillaume Colletet », Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 80, fasc. 3, 2002, p. 945. []
  26. Au lieu de la date proposée par Colletet, je retiens celle qu’indique Mazon en se fondant sur des documents relatifs au fief de Chomenas signés par Gamon en mai 1622, les derniers de sa main que nous possédons. Il est important de signaler, pourtant, qu’Anne de Bourdier est qualifiée de « veuve » beaucoup plus tard, dans un document de 1628 (voir RV, 1907, t. 15, n° 2, p. 66). []
  27. Cité dans Albin Mazon, RL, 1885, t. 9, n° 53, p. 346. []
  28. Le Verger poetique divisé en trois Livres, Lyon, Thibauld Ancelin, 1598. []
  29. Voir RV, 1909, t. 17, n° 5, p. 215-225. Il n’existe que trois exemplaires de cet ouvrage, conservés à la Bibliothèque municipale de Moulins (cote R-8-8903), à la Bibliothèque municipale de Besançon (203796) et à la Bibliothèque de Berne (cote MUE Klein f 346). []
  30. Maurice Scève, « Arion », dans Recueil de vers latins et vulgaires de plusieurs Poëtes Françoys, composés sur le trespas de feu Monsieur le Daulphin, Lyon, François Juste, 1536, f. B8r°-C4r° ; Rémi Belleau, La Bergerie […], Paris, Gilles Gilles, 1565. Voir, pour un aperçu exhaustif de la bucolique marine française à la Renaissance, Luigi Monga, « Salel imitateur de Sannazar dans sa bucolique marine », dans Acta conventus neo-latini Turonensis. Actes du IIIe congrès international d’études néo-latines, dir. J.-C. Margolin, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1980, p. 547-556 ; id., « Les Eclogae piscatoriae de Sannazar et les Pescheries de Belleau », Bulletin de l’Association d’étude sur l’Humanisme, la Réforme et la Renaissance, n° 13, 1981, p. 13-21 ; id., « Églogues marines et “pescheries” au XVIe siècle », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, n° 39, 1987, p. 21-32. []
  31. Pour une édition française de cet ouvrage disponible à l’époque du poète, voir « Eclogae quinque », dans Iacobi Sannazarii Opera omnia, Lyon, Sébastien Gryphe, 1581, p. 58-77. []
  32. Le Jardinet de poesie, de C. D. G., Lyon, Claude Morillon, 1600. Dorénavant, JdP. []
  33. Albin Mazon signale que la Muse divine fut réimprimée dans une version augmentée en 1608 (RL, 1885, t. 10, n° 56, p. 132-133). L’exemplaire que consulta Mazon portait la dédicace suivante de la main du poète à Jean Valeton : « Valeton, 1608. Don de l’auteur. C. ». []
  34. La Semaine ou creation du monde, du Sieur Christofle de Gamon, Contre celle du Sieur du Bartas, Genève, Gédéon Petit, 1609. []
  35. La Semaine ou creation du monde, du Sieur Christofle de Gamon. Contre celle du Sieur du Bartas, Lyon, Claude Morillon, 1609 ; Lyon, Claude Morillon, 1610. []
  36. La Semaine ou creation du monde, du Sieur Christofle de Gamon, Contre celle du Sieur du Bartas, Niort, Jean Lambert, 1615. []
  37. Jean d’Escorbiac, La Christiade, ou poeme sacre contenant l’Histoire Saincte du Prince de la vie, éd. R. de Scorbiac, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 184. []
  38. Alexandre de Rivière, Le Zodiac poëtique, ou philosophie de la vie humaine, où il se traite des cometes, Paris, Jean Libert, 1619. []
  39. Voir G. Banderier, « Notes sur Christofle de Gamon », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 65, n° 2, 2003, p. 317-329, ici p. 323-329. []
  40. Voir G. Banderier, « Françoise Pautrard, femme et poète du premier XVIIe siècle », Dix-septième Siècle, n° 218, 2003, p. 117-159. []
  41. Le premier Livre de la Semaine du Sr Cristofle de Gamon contre celle de Guillaume de Salluste Sr du Bartas Traduict en vers Latins par Jaqua Françoise Pautrard, Besançon, Bibliothèque municipale, cote 533. []
  42. Remarques singulières de la ville, cité et université de Paris, Paris, Jean Le Clerc, 1614 (édition critique : Remarques singulières de Paris, introduction et notes par Valentin Dufour, Paris, A. Quantin, 1881). Pour l’« Ode sur les singularitez de Paris » de Gamon, voir op. cit., 1881, p. 5-6. Voir surtout A. Mazon, « Notes sur Christofle de Gamon », op. cit., p. 321-322. []
  43. RL, 1885, t. 10, n° 57, p. 195-196. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search