Christofle de Gamon, “novateur moderne en la philosophie” ?

Dans le quatrième tome de sa Science universelle (1668)1, Charles Sorel dédia à Christofle de Gamon une place dans le traité des « Novateurs modernes en la philosophie », aux côtés de Copernic, de Giordano Bruno et de Descartes :

[…] il est des premiers qui ayent osé écrire des choses nouvelles en nostre Langue. Il refute plusieurs fausses opinions que l’on a touchant les proprietez des Choses naturelles, touchant la nature des Animaux et autres Substances. Il parle contre le feu elementaire : il fait l’Eloge de Copernicus qui attribuë du mouvement à la Terre, il ne se rencontre point des opinions communes touchant le flux et le reflux de la Mer ; il regle les regions de l’Air et leur temperature ; il donne d’autres causes de la production des Meteores que ne font les Peripateticiens ; il n’admet que deux Elemens, l’Eau et la Terre ; il tient qu’il n’y a qu’un Ciel : enfin, il avance plusieurs propositions dont quelques autres Autheurs qui sont venus depuis se sont fort honorez. Si ayant écrit en Vers on le vouloit prendre pour Poëte plustost que pour Philosophe, il faut considerer ce qu’ont esté Lucrèce et Jordan Brun2.

Les remarques de Sorel renvoient en particulier au dernier ouvrage de Gamon, la Semaine ou création du monde (1609)3, qui répond au poème cosmologique de Du Bartas (1578)4 ; pourtant, l’œuvre du poète affiche dès ses débuts l’utilisation nouvelle de thèmes poétiques déjà existants et le projet d’une poésie savante fondée sur l’observation de la Nature. Nous en trouvons le premier exemple dans les Pescheries (1599)5, recueil inspiré des Eclogae piscatoriae de Sannazar (1526)6, où Gamon a recours à la poésie pastorale comme moyen d’appréhender et de transmettre un savoir cosmographique et naturel non seulement au sujet des territoires de l’Antiquité classique, mais aussi de la région du Vivarais et des terres nouvellement découvertes. Orienté vers la recherche de sujets nouveaux, Gamon écrit aussi deux essais de poésie alchimique, Le Trésor des trésors et le Discours de l’astronomie inférieure (dans Le Jardinet de poésie, 1600)7, les premiers composés en langue française à la Renaissance si nous excluons la traduction de la Chrysopoeia de Giovanni Aurelio Augurelli (1515)8 par François Habert (1549)9.

Mais, comme le relevait déjà Charles Sorel, c’est surtout dans la Semaine que Gamon fait preuve d’un regard nouveau sur le monde naturel. En s’opposant à la conception vitaliste et symbolique du monde que proposait Du Bartas, Gamon essaie très souvent de ramener les phénomènes naturels à une explication qui se fonde sur l’observation et la raison. Certes, la démarche de Gamon est très loin d’être matérialiste ; au contraire, comme nous le lisons dans l’épître au lecteur de la Semaine, le poète s’oppose à toute « opinion mal fondée » au sujet de la Nature à des fins précisément spirituelles : « Car l’erreur en la connoissance des Créatures, engendre un erreur en la connoissance du Créateur »10.

Page de titre de la première édition de la « La Semaine ou Creation du monde du Sieur Christofle de Gamon, Contre celle du Sieur du Bartas » (Genève, Gédéon Petit, 1609) – Genève, Bibliothèque de Genève, cote Hf 5064

Dans cette recherche de la vérité, non seulement Gamon porte un regard critique sur les théories renaissantes de la Nature dont Du Bartas se faisait le chantre, mais il prend aussi en considération la possibilité de théories nouvelles. L’un des exemples les plus remarquables, déjà étudié par Raymond Esclapez11 et par Claude-Gilbert Dubois12, est celui de la théorie copernicienne : Gamon en fait un sujet poétique dans l’« Apologie pour Copernicus, excellent Astronome »13, en s’opposant à Du Bartas qui avait récusé les « subtiles raisons de ce docte Germain »14. Ainsi que l’a remarqué James Dauphiné, qualifier Copernic d’astronome représentait une nouveauté : « De Gamon est l’un des premiers à célébrer en Copernic les qualités de l’astronome. À la fin du XVIe siècle, nombreux étaient les penseurs qui ne le qualifiaient que de mathématicien. Copernic astronome dérangeait »15. Celle de Gamon n’est pourtant pas, il faut le souligner, une adhésion, et le poète renvoie encore dans son poème au système ptoléméen. Mais, même si de facto cette théorie n’est pas recevable, elle possède une validité hypothétique :

C’est trop estre atizé du feu de jalouzie,
Bartas, c’est trop fouler sous les pieds de l’Envie
L’incomparable honneur de ce docte Germain,
D’enseigner que voulant d’un precepte si vain
Noz ames alaiter, il mist pour veritable,
Le journal mouvement de la Terre habitable.
Non, non ce rare ouvrier, pour bastir seurement,
Ne met point comme ferme, un si vain fondement :
Non comme un cas certain, mais comme un fait capable
Pour mieux montrer au doy sa doctrine probable16.

La théorie de Copernic, d’ailleurs, était posée comme une alternative plus efficace aux calculs de Ptolémée dans la dédicace au pape Paul III du De revolutionibus orbium coelestium (1543)17. Une hypothèse qui se voulait aussi légitime que les fictiones mathématiques des Anciens, comme le rappelle Gamon :

Puis, comme encore escrit ce studieux Germain
À Paul qui tiers du nom, tient le siege Romain,
Si ceux qui devançants de maints ages son age,
Au celeste savoir, ont bien feint davantage,
Sans soüiller leur renom : Pourra-t-il pas sans peur
Que l’envieuze dent deschire son honneur,
Forger sus son papier des feintes controuvées,
Puisque ses feintes sont mieux sans feinte aprouvées
Que de ses dévanciers et respondent bien mieux
Aux offices divers des chandelles des Cieux ? […]
Ainsi de Copernic la feinte non croyable
Est de son bel esprit un effet veritable :
Sans que des animaux le fertile sejour
Dedans un jour entier face un entier contour18.

Ainsi que l’ont souligné Raymond Esclapez et Claude-Gilbert Dubois, le traitement de la théorie copernicienne dans la Semaine de Gamon est un exemple remarquable de la transition vers un nouveau système de pensée à la fin de la Renaissance. Il témoigne aussi, plus largement, de la réflexion du poète sur la Nature et de son ouverture, quoique circonspecte, vers des idées nouvelles. Mon travail sera précisément de replacer les ouvrages de Christofle de Gamon dans leur contexte historico-épistémologique afin d’en mesurer la nouveauté, en essayant d’adopter, autant que possible, la perspective des acteurs de la première modernité.

Citer cet article : Chiara Cacciola, "Christofle de Gamon, “novateur moderne en la philosophie” ?", Poésie et sciences à la Renaissance, 19/10/2019, https://psren.hypotheses.org/28.

Notes

  1. Charles Sorel, La Science universelle : de l’usage des idées, ou de l’origine des sciences et des arts, Paris, Théodore Girard, 1668, t. 4. []
  2. Ibid., p. 412-413. []
  3. Christofle de Gamon, La Semaine ou Creation du monde, du Sieur Christofle de Gamon, Contre celle du Sieur du Bartas, Genève, Gédéon Petit, 1609. []
  4. Guillaume de Saluste Du Bartas, La Sepmaine ou Creation du monde, Paris, Michel Gadoulleau et Jean Febvrier, 1578. []
  5. C. de Gamon, Les Pescheries de Christophle de Gamon, divisée en deux parties où sont contenus les plaisirs inconnus de la mer et de l’eau douce, Lyon, Thibauld Ancelin, 1599. []
  6. Sannazar, Actii Syncerii Sannazarii De Partu virginis. Lamentatio de morte Christi. Piscatoria, Rome, Francesco Minizio Calvo, 1526. []
  7. C. de Gamon, Le Jardinet de poesie, de C. D. G., Lyon, Claude Morillon, 1600. []
  8. Giovanni Aurelio Augurelli, Ioannis Aurelii Augurelli P. Ariminensis Chrysopoeiae libri .III. et Geronticon liber primus, Venise, Simone de Lovere, 1515. []
  9. G. A. Augurelli, Les Trois livres de la Chrysopée, c’est a dire L’art de faire l’Or, trad. François Habert, Paris, Vivant Gaultherot, 1549. []
  10. C. de Gamon, La Semaine, op. cit., f. *10v°. []
  11. Raymond Esclapez, « Le problème cosmogonique dans les Semaines de G. du Bartas et de C. de Gamon : variations de l’appareil scientifique », dans L’Invention au XVIe siècle, éd. C.-G. Dubois, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1987, p. 197-133 ; id., « Lumière et cosmogonie chez Du Bartas, d’Aubigné, Gamon », Champs du signe, n° 4, 1994, p. 25-36. []
  12. Claude-Gilbert Dubois, « Une réécriture de la Sepmaine de Du Bartas au temps d’Henri IV. “La Semaine ou création du monde” de Christophe de Gamon (1609) », Du Bartas, Cahiers Jacques de Laprade, t. 1, 1994, p. 45-66. []
  13. C. de Gamon, La Semaine, IV, op. cit., p. 114-115. []
  14. G. Du Bartas, La Sepmaine, IV, op. cit., p. 106. []
  15. James Dauphiné, « Palingenius, Du Bartas, De Gamon, De Rivière et le système de Copernic », Acta conventus neo-latini Bononiensis, éd. R. J. Schoeck, Binghamton, New York University Press, 1985, p. 27-33. []
  16. C. de Gamon, La Semaine, IV, op. cit., p. 114. []
  17. Nicolas Copernic, Nicolai Copernici Torinensis De revolutionibus orbium coelestium, Libri VI, Nuremberg, Johann Petreius, 1543. []
  18. C. de Gamon, La Semaineop. cit., p. 115. []

1 réponse

  1. 18/11/2019

    […] présentation infernale est critiquée en 1609 par Christofle de Gamon dans sa propre version de la création du monde qui prétend corriger point par point celle de Du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search