Une galerie de poètes scientifiques par Guillaume Colletet (1658)

Dans son Art poëtique publié à Paris en 16581, et notamment dans le « Discours de la poesie morale et sententieuse »2, Guillaume Colletet (1598-1659) offre une définition de la « poésie naturelle », suivie d’une galerie de poètes ayant pratiqué ce genre, y compris Christofle de Gamon. Je propose, ci-après, la transcription de ce texte qui nous permet de connaître l’état de la réflexion sur la poésie scientifique à la fin du XVIIe siècle :

La Poësie naturelle est celle qui traitte à fonds des choses de la Nature, tant des Corps celestes, que des Corps sublunaires, et elementaires. Et entre ceux qui y ont specialement reüssy, je mets Orphée dans ses pierres précieuses, Empedocle dans ses Livres de la Nature des choses, tant exaltez par Aristote, Epicure dans la Rencontre fortuite ou préméditée de ses Atomes, Nicandre dans ses Theriaques et contrepoisons, et dans son Histoire des Venins, Hesiode dans son Poëme des œuvres et des jours, Oppian dans son Poëme de la Nature des Poissons, et dans sa Venerie, Arat et Germanicus, Ciceron et Festus Avienus, dans leurs Phenomenes, et le dernier dans son Poëme de la description du Monde, Lucrece dans ses Vers Philosophiques, Manillius dans ses Livres de l’Astronomie, Virgile dans ses Georgiques, Macer dans son Poëme des Animaux veneneux, et de la vertu des Plantes, Columelle dans son Livre de la culture des Jardins, Louis Alamanni dans son Agriculture Italienne, Timothæus Gazæus, qui vivoit sous l’Empereur Anastase, dans son Poëme des Quadrupedes, des Oyseaux, et des Serpens qui se trouvent aux Indes, dans l’Arabie, et dans l’Egypte ; Nemesian, Textor, Gratius, et le Pape Hadrien 6. dans leurs divers Poëmes de la Chasse, Pontanus dans son Uranie, dans ses Méteores, et dans ses Hesperides, Ange Politien dans son Rustique, ou Homme des champs ; Augurel, et François Habert, dans leur Chrysopée, Fracastor dans sa Siphillis, et dans son autre Poëme de la Nourriture des Chiens de Chasse, François du Port Medecin dans ses Décades de la Medecine, qui contiennent en Vers tout le cours de cette vaste Science, avec les Aphorismes et Prognostiques d’Hypocrate, Simon Capicius dans ses deux Livres des Principes des choses dediées au Pape Paul 3, Carolus Malapertius Jesuite, dans ses deux Livres des Vents, imprimez à Anvers l’an 1616, Buchanan dans ses Livres de la Sphere, Jean Douza le fils dans son Poeme des choses celestes, Quintus Serenus, et Marcellus fameux Officier de l’Empereur Theodose, dans leurs deux Poemes de la Medecine imprimez à Venise l’an 1527, et depuis à Paris, avecque d’autres anciens Poemes, l’an 1590. Auguste de Thou dans sa Fauconnerie, Angelus Bargæus dans la sienne, et dans sa Venerie, Scevole de Sainte Marthe dans sa Pedotrophie, Denis Guerin dans son Poeme du Miel, Lactance, ou Claudien, du Monin, Guy le Febvre, et Motin, dans leurs Poemes du Phœnix, Guy de la Garde dans son Histoire de la Nature, et des proprietez de ce fameux Oyseau, Remy Belleau dans ses Changemens des pierres précieuses, Jacques du Foüilloux dans son Adolescence, et dans sa Venerie, Adrien Gadou de Thymerais dans ses divers Païsages, Edoüard du Monin dans son Uranologie, ou Discours du Ciel, Germain Forget, Claude Binet, et Philippes Desportes, dans leurs Felicitez de la Vie rustique et solitaire, Guy de Pybrac dans ses Plaisirs de la Vie rustique, traduits en vers Latins par Sebastien Roüillard sous le titre d’Agrocharis, Nicolas Rapin dans ses Plaisirs du Gentilhomme champestre, Claude Gauchet dans ses quatres Livres des plaisirs de la Chasse, Venerie, Fauconnerie, et autres exercices des Gentilhommes, Guy le Febvre de la Boderie dans les cinq Cercles de sa Galliade, et dans son Encyclie des Secrets de l’Eternité, Joseph du Chesne de la Violette dans son grand Miroir du Monde, Milles Norry dans ses quatre Livres de l’Univers, Philebert Hegemon dans sa Colombiere et Maison Rustique, et dans son Abeille Françoise, Pierre Constant de Langres dans ses quatre Livres de la Republique des Abeilles, Remond de Massac dans ses Fontaines de Pougues, Jean Faustchius Docteur en Medecine de Fribourg, dans sa Nosomachie, ou Combat des maladies diverses, et dans ses deux Poemes de deux Fontaines Medecinales, Guillaume de Saluste du Bartas dans sa premiere Semaine de la creation du Monde, Christophle de Gamon dans la sienne dans ses Pescheries, et dans son Tresor des Tresors, Gerard François Medecin dans ses trois Livres de la Santé, composez sur le modele de l’Escole de Salerne, Paul Contant Poitevin dans son Jardin et Cabinet Poëtique, Du Gault dans sa Palinodie chimique, où les erreurs de cet Art sont refutées, Louis Hesteau de Nuisement dans son Poëme Philosophique de la Verité de la Physique Minerale, Jean Antoine de Baif, Jacques Pelletier du Mans, et Isaac Habert, dans leurs Meteores, et encore le mesme Habert dans ses divers Poemes de la Chasse, René Bretonnyau Medecin dans son Esculape François, et dans ses Livres de la Generation de l’Homme, Un Autheur anonyme et moderne dans ses Poemes des Insectes, à l’imitation de Ronsard, de Belleau, de Scevole de Sainte Marthe, d’Estienne Tabourot, et de Philippes de Villiers, dans leur Papillon, leur Fourmy, leur Ver luisant, leur Sauterelle, et leur Limace, Simon de Bullandre dans son Lievre, Catherine des Roches dans son Hymne de l’eau, Nicolas le Digne dans sa Poulette, Thomas Dempster dans sa Mouche, Pierre Pineton de Chambrun dans sa Theodorée, M. le Maistre dans son Procez du Melon, Gerard de S. Amant dans l’Eloge d’un fruit si aimable, Jean Desmarests dans ses nouvelles Promenades de Richelieu, Claude Quilliet dans sa nouvelle Callipedie, ou de la maniere d’avoir et d’élever de beaux Enfans ; et ainsi des autres Autheurs que j’obmets expressement icy, pour ne point trop charger la memoire de mon Lecteur, et pour m’épargner la peine de trop amplifier cette matiere ; laquelle après tout ne sera pas desagreable aux amateurs de ce genre de Livres, dont la pluspart, pour excellens ou pour mediocres qu’ils soient, ne sont pas ny si connus, ny si communs dans les plus curieuses Bibliotheques.



Citer ce billet
Chiara Cacciola (2023, 2 mai). Une galerie de poètes scientifiques par Guillaume Colletet (1658). Poésie et sciences à la Renaissance. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1tu

  1. L’Art Poëtique du Sr Colletet, Paris, Antoine de Sommaville/Louis Chamhoudry, 1658. []
  2. Ibid., p. 38-44. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search