L’Aglaophotis marine, plante « rara et admiranda »

Publiées en 1599, Les Pescheries1 sont la seconde œuvre de Christofle de Gamon et la première qu’il signa. Ce recueil, qui s’inscrit dans la lignée des Halieutiques d’Oppien (IIe siècle) et des Eclogae piscatoriae de Sannazar (1526)2, est divisé en deux parties, l’une dédiée à la mer et l’autre à l’eau douce, et met en scène des pêcheurs et des personnages allégoriques3 qui s’échangent des savoirs, des récits et des maximes. Au moyen des monologues et des halieulogues (dialogues marins) de ces personnages, Gamon crée une poésie où le discours naturaliste, la référence mythologique et la réflexion morale se mêlent.

Suspendu entre mythe et histoire naturelle, l’univers des Pescheries voit coexister des créatures marines réelles, dont nous trouvons la description des caractéristiques et des propriétés, et des créatures mythologiques, comme la sirène mi-femme mi-poisson dont le pêcheur Philipon est l’amant. Mais il y a également des objets naturels dont le statut est certainement plus ambigu pour le lecteur de notre époque : c’est le cas de l’Aglaophotis, plante aux propriétés merveilleuses qui n’a pas encore été identifiée avec une espèce existante.

Dans l’Halieulogue X de la première partie des Pescheries, Jaquelot promet à Neptun un don d’Aglaophotides :

                        Or que faut-il sacrer à l’amant de Melie4,
                 Qui fait mourir ses bruits, pour nostre heur qui prend vie ?
                        Pour moy, (grand gouverneur des Provinces des eaux,
                 Vieillard, porte-salin, soustien des Peschereaux,)
                 Je te voüeray devot mainte Aglaophotide,
                 Lors que j’en reprendray dans ton Royaume humide :
                 Tu ne desdaigneras mon peu riche present :
                 Il trésluira de nuict comme on voit à present
                 Que l’egal tremblotis des friseures des ondes,
                 Darde pli dessur pli mille estincelles blondes.

 

Emblème 64 du premier livre des « Joachimi Camerarii Medici […] Symbolorum et emblematum centuriae tres » ([Nuremberg], Gotthard Vögelin, 1605) – Urbana-Champaign, University of Illinois Library, cote Emblems 096.1 C144s1605

Ce passage nous apprend deux caractéristiques de cette plante : elle se trouve dans la mer et elle est luminescente. Il s’agit de découvrir si ces caractéristiques sont présentes dans toutes les sources, antiques et modernes, qui traitent de l’Aglaophotis, ce que nous ferons en nous rapportant aux éditions du XVIe siècle. La première mention de cette plante se trouve chez le pharmacologue grec Dioscoride, qui l’identifie avec la pivoine5 ; pour sa part, Pline, en reprenant Démocrite, l’appela Marmaritis, parce que elle était censée croître dans les carrières de marbre6. À la fin du XVIe siècle, Giovanni Battista della Porta en parle dans la Phytognomonica (1588)7, dans un chapitre portant le titre de De lunaribus herbis noctu ad Lunae lucem splendentibus8.

Mais il s’agissait jusque-là d’une espèce végétale terrestre. Pour trouver la première mention de l’Aglaophotis marine, il faut se tourner vers l’historien grec Claude Élien, qui distingua deux espèces portant ce nom, respectivement dans les chapitres 26 et 23 du De Historia animalium (1562)9 : l’Aglaophotis terrestre ou Cynospastus et l’Aglophotis marine ou Pancynium. La première est une plante vénéneuse à fleurs qui, bien que n’étant pas très reconnaissable le matin, est très visible le soir parce qu’elle brille comme une étoile. La seconde est un type d’algue mortelle pour les requins, de la grandeur du tamaris, jaune à l’extérieur et bleue à l’intérieur, douée d’une sorte de sac empli de venin et portant des fruits qui ressemblent à des coquelicots (similem fert papaveri fructum)10, lesquels éclosent après le solstice d’été. Comme son équivalent terrestre, « pendant la nuit, cette algue émane un éclat de feu et comme des étincelles » (noctu igneum splendorem et scintillas quasdam iaculatur)11. Puisque le venin expulsé par cette algue devient plus puissant au lever de Sirius, l’étoile plus brillante de la constellation du Grand Chien, l’Aglaophotis est aussi appelée Pancynium. C’est donc de ce second type d’Aglaophotis qu’il s’agit dans les vers de Gamon.

Il est possible que la source du poète se trouve chez Élien, mais elle pourrait être également retracée dans des œuvres de botanique du XVIe siècle : d’abord, le De raris et admirandis herbis quae noctu luceant commentariolus du naturaliste suisse Konrad Gessner (1555)12, qui inclut un chapitre entièrement dédié à l’Aglaophotis marine, constitué d’une traduction en latin du texte grec d’Élien par le même Gessner13. Ou encore, la Florum et coronariarum historia de Rembert Dodoens, publiée en 156814 et réimprimée dans les Stirpium historiae pemptades sex en 158315. Dodoens offre dans cette œuvre une présentation synthétique et claire de l’Aglaophotis marine :

Il existe pourtant deux types d’Aglaophotis, qui sont décrites dans le livre 14 d’Élien […]
La marine est une espèce d’algue, qui naît parmi les pierres profondes, de la grandeur du tamaris, qui a un fruit comme le coquelicot qui s’ouvre au solstice d’été, et qui pendant la nuit émet une certaine splendeur ignée presque étincelante16.

Nous remarquons que Dodoens ne parle pas de la toxicité de cette plante, mais qu’il retient dans sa description les deux caractéristiques qui se trouvent également dans les vers des Pescheries. Privée de toute propriété négative, l’Aglaophotis marine de Dodoens se prête très bien à être transformée, sous la plume de Gamon, dans un don digne du dieu Neptune. À ce stade de notre travail, la dérivation des vers de Gamon de la Florarum et coronoriarum historia n’est, certes, qu’une hypothèse qui devra être vérifiée par une étude ponctuelle des sources du poète.

Espèce de Zoanthus (source inconnue)

Il reste à comprendre si l’Aglaophotis marine est une espèce végétale existante. Il n’y a pas d’études approfondies sur cette question : il semble que la seule hypothèse sur cette plante fut avancée de manière assez succincte en 1974 par James Morin, d’après lequel l’Aglaophotis marine serait « probablement une algue marine incrustée de fortes densités d’hydroïdes luminescents »17. Ainsi, nous hasarderons ici une hypothèse qui sort du cadre de notre domaine d’études et qui devra donc être lue avec réserve : l’on pourrait en effet envisager que l’Aglaophotis ne soit pas une plante, mais un animal de l’ordre des cnidaires, dont relèvent l’anémone de mer ou le corail. En effet, il existe des espèces appartenant aux Zoanthidae, famille de coraux, qui présentent des caractéristiques très proches de l’Aglaophotis, notamment la luminescence et la toxicité. Différentes espèces de Zoanthus, par exemple, semblent respecter la description d’Élien, puisque non seulement ces polypes présentent une bouche entourée de tentacules qui rappelle le coquelicot, mais ils ont aussi des couleurs très vives, ils sont fluorescents et, in fine, produisent une puissante toxine vasoconstrictrice, la palytoxine.  

Plante légendaire, donc, ou animal réel ? S’il n’est pas possible de tirer des conclusions définitives sur l’Aglaophontis, son exemple nous montre très bien la manière dont la source antique est diversement exploitée au fil des époques : si l’histoire naturelle d’Élien fait coexister la description de l’objet naturel et la donnée mythique, au XVIe siècle Rembert Dodoens cherche à opérer une synthèse sèche des caractéristiques de la plante. En ce qui concerne l’utilisation de la source dans la poésie de Gamon, elle permet de supposer d’abord que le texte est destiné à un public spécialiste, appartenant peut-être au cercle des apothicaires, capable de saisir la référence à l’histoire naturelle18, ce qui souligne l’aspect didactique du poème. Mais elle permet aussi d’apprécier la manière dont la poésie reprend la donnée scientifique pour l’intégrer dans une mythologie nouvelle, celle des humbles personnages des Pescheries, où la nature est à la fois un objet d’étude et une source d’émerveillement.

Citer cet article : Chiara Cacciola, "L’Aglaophotis marine, plante « rara et admiranda »", Poésie et sciences à la Renaissance, 03/07/2020, https://psren.hypotheses.org/1697.

Notes

  1. Les Pescheries de Christophle de Gamon, divisée en deux parties où sont contenus les plaisirs inconnus de la mer et de l’eau douce, Lyon, Thibauld Ancelin, 1599. []
  2. Sannazar, Actii Syncerii Sannazarii De Partu virginis. Lamentatio de morte Christi. Piscatoria, Rome, Francesco Minizio Calvo, 1526. []
  3. Comme le remarque Albin Mazon, c’est le cas de Nonayot, allégorie de la ville d’Annonay, et de Cancelot, allégorie de la rivière de Cance qui dialoguent avec Christolin, double du poète, dans le dernier Halieulogue des Pescheries (voir A. Mazon, « Notice sur la vie et les œuvres d’Achille Gamon et de Christofle de Gamon d’Annonay en Vivarais », Revue lyonnaise, t. 9, n° 52, p. 262). []
  4. Mélie, nymphe bithynienne, amante de Neptune et mère d’Amycos, roi des Bébryces en Bithynie. []
  5. Voir la première édition latine de l’œuvre par le botaniste Jean Ruel, qui fit suite à l’édition aldine en grec de 1499 : Pedacii Dioscoridis Anazarbei de medicinali materia libri quinque […] Joanne Ruellio Suessionensi interprete, Paris, Henri Estienne, 1516, f. 84r°. Nous remarquons que, dans des éditions successives de cette œuvre, la partie du texte qui identifie la pivoine avec l’Aglaophotis est considérée comme un ajout au texte original ; voir par exemple les éditions de Simon de Colines en 1537 (f. bb.iii.r°) et d’Antoine Vincent en 1554 (f. O6v°). Il est important de signaler que Marie Cronier, chargée de recherche au CNRS (IRHT), prépare actuellement une nouvelle édition et une traduction en français du De materia medica (voir https://ecdotique.hypotheses.org/389). []
  6. Voir L’Histoire du monde de C. Pline second, Collationnée et corrigée sur plusieurs vieux exemplaires Latins, […] Le tout fait et mis en François par Antoine du Pinet […], Lyon, Claude Senneton, 1562, t. 2, p. 286 : « En premier lieu, il [Democritus] fait mention d’une certaine herbe, qu’il nomme Aglaophotis, c’est-à-dire, digne d’estre admirée de tous hommes, pour raison de sa haulte couleur, laquelle, à ce qu’il dit, croist en Arabie ès quarrieres de marbre, du costé du Royaume de Perse, dont aussi elle print le nom de Marmaritis ». []
  7. Phytognomonica Jo. Baptistae Portae Neapol. Octo libris contenta […], Naples, Orazio Salviani, 1588. []
  8. Ibid., p. 313-314. []
  9. Aeliani de historia animalium libri XVII. Quos ex integro ac veteri exemplari Graeco, Petrus Gillius vertit […], Lyon, Guillaume Rouillé, 1562. []
  10. Ibid., p. 413. []
  11. Ibid. []
  12. Conradi Gesneri medici, De raris et admirandis herbis, quae sive quod noctu luceant […], Zürich, Andreas et Jakob Gesner, 1555. []
  13. Voir ibid., p. 12 : « De Aglaophotide marina, quae et myrica marina dicitur, ex Aeliani de historia animalium libro 14, cap. 24, ut nos e Graeco codice manuscripto transtulimus ». []
  14. Florum et coronariarum odoratarumque nonnullarum herbarum historia, Remberto Dodonaeo Mechliniensi Medico auctore, Anvers, Christophe Plantin, 1568. []
  15. Remberti Dodonaeai Mechliniensis Medici Caesarei Stirpium historiae pemptades sex sive Libri XXX, Anvers, Christophe Plantin, 1583. []
  16. Ibid., p. 114 : « Aglaophotides autem due, apud Aelianum lib. 14 descriptae reperientur […] Marina, fuci species est, quae in profundis nascitur petris, magnitudine Myricae, fructu Papaveris, qui aestivo Solstitio dehiscens, noctu igneum quendam, et veluti scintillantem splendorem emittit ». []
  17. James Morin, « Coelenterate Bioluminescence », dans Leonard Muscatine et Howard M. Lenhoff (éd.), Coelenterate Biology: Reviews and New Perspectives, New York, Academic Press, 1974, p. 401 : « The first reports of luminescence in the polypoid stages of the hydrozoa date back to Claudius Aeliani in the second century A. D. when he described a luminescent marine plant “Aglaophotis marina”, which was probably a marine alga encrusted with dense growths of luminescent hydroids ». []
  18. Nous rappelons que Gamon avait séjourné à Tournon avec l’apothicaire Jean Magnol ; voir la notice bio-bibliographique. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search