“L’Antidote des livres d’amour”, brève histoire d’un manuscrit perdu

Parmi les œuvres de Christofle de Gamon, nous trouvons un recueil de poèmes resté manuscrit, L’Antidote des livres d’amour, qui est à présent perdu1. Dédié à Just-Louis de Tournon2, ce manuscrit de 104 feuillets est divisé en deux livres : le premier, intitulé « Les Amours estrangeres » est formé de vingt poèmes de sujet mythologique ; le second, « Les Singularitez de France », dédié au vicomte de Polignac3, est une suite de vingt poèmes conformes à la veine scientifique déjà mise en relief à propos de l’œuvre de Gamon, puisque nous y trouvons la description des fleuves et des sources de France, et surtout de ceux qui ont des propriétés curatives. Comme le remarqua Eugénie Droz, « l’auteur semble l’avoir préparé pour l’impression : la mise en page est indiquée, les bandeaux et les lettres ornées esquissés à la plume »4

Si le recueil ne fut jamais imprimé, ce fut peut-être de la volonté de Gamon lui-même, à en juger des mots qui lui sont réservées dans l’avis au lecteur de sa Semaine (1609) : 

Cet enfant toutesfois, bien que le dernier de ma Muse, se promet d’estre son aisné : luy fait dezavoüer ceux qu’elle a trop tost mis au Monde, et estoufer, comme avortons, ceux qui estoyent prests à naistre. De ce nombre est un broüillard qui s’est esgaré, que j’avois, il y a long tems, forgé à la haste, et armé à la legere, pour blasmer et combatre l’Amour. C’estoit un enfant, né d’un enfant, pour faire la guerre à un enfant, et qui n’avoit encore ny force ny adresse. Pource mon humeur ne se pouvant plus repaistre de si peu de suc, en a fait souscrire à ma plume, l’arrest de sa condamnation, afin que si quelqu’un le mettoit encore au Monde, l’on vist que je luy ay donné la premiere et plus rude censure5.

En prenant appui sur ce texte, Albin Mazon et Eugénie Droz ont qualifié l’Antidote d’œuvre de jeunesse. Je crois, pourtant, que Gamon rémania le manuscrit au moins jusqu’en 1607 : en effet, le premier livre de l’Antidote renferme un poème en alexandrins, « Le malheur d’Astrée », qui paraît renvoyer au roman pastoral de d’Urfé (1607)6 :

Je veux chanter Astrée, et non pas cette Astrée
Qui sous le bouvier lent au ciel brille dorée,
Ny cet Astrée aussi qui les dieux menaça,
Ny cet Astrée encor que Persée perça :
Mais Astrée à qui fut tant ennemi son astre
Et dessus qui l’amour versa tant de dezastre […]7

Cette datation hypothétique nous permettrait d’envisager l’Antidote comme une composition in fieri, à laquelle Gamon travailla jusqu’à un âge avancé, en dépit de ce qui est suggéré dans l’avis au lecteur de la Semaine8.

Cornelis Norbertus Gijsbrechts, Trompe-l’œil: tableau avec pochette et pistolet, vers 1664 – Gand, Museum voor Schone Kunsten

Sous cette forme manuscrite, et peut-être inachevée, le poète offrit l’Antidote à Just-Louis de Tournon. L’œuvre resta dans la bibliothèque du château de Tournon jusqu’en 1617 et, à la mort du dédicataire, elle fut acquise par le sieur Crozet, qui nota sur la page de titre les informations sur l’acquisition du manuscrit9. Après cette date, nous ne possédons pas de renseignements sur l’Antidote des livres d’amour pendant près de trois siècles, jusqu’à la publication de l’article d’Albin Mazon en 1909. Après un ultérieur silence de vingt-six ans, le manuscrit réapparut dans le cadre de la vente de la bibliothèque de John B. Stetson jr.10 les 17 e 18 avril à New York (American Art Association – Anderson Galleries)11. La collection de Stetson était surtout constituée de romans français de chevalerie, mais incluait aussi quelques ouvrages rares tel que notre manuscrit.

Il faut se demander quel itinéraire porta l’Antidote de la France aux États-Unis : Eugénie Droz, dans son compte-rendu sur la vente Stetson, indique que l’un des autres manuscrits de cette collection fut volé à l’Académie des sciences de Lyon12, et nous pourrions imaginer pour l’Antidote le même destin ; ou encore, nous pouvons supposer que John B. Stetson jr. en fit l’acquisition pendant son séjour en France. En outre, dès lors que l’article d’Eugénie Droz fut rédigé après la vente de New York, nous sommes autorisés à croire qu’elle consulta le manuscrit auprès de son nouveau propriétaire, très probablement un collectionneur. Mais ce n’est pas seulement le passé du manuscrit à rester dans l’ombre, mais aussi son avenir, puisque nous en avons perdu toute trace depuis le compte-rendu de 1936 : la question reste donc encore ouverte.

Citer cet article : Chiara Cacciola, "“L’Antidote des livres d’amour”, brève histoire d’un manuscrit perdu", Poésie et sciences à la Renaissance, 03/11/2019, https://psren.hypotheses.org/129.

Notes

  1. Nous devons l’intégralité des informations sur ce manuscrit à des notes posthumes de l’historien Albin Mazon (« Appendice à la notice sur la vie et les œuvres d’Achille Gamon et de Christofle de Gamon. Suite et fin », Revue du Vivarais, 1909, t.17, n°5, p. 225-229) et à un compte-rendu par Eugénie Droz (« L’Antidote des livres d’amour de Ch. de Gamon », Humanisme et Renaissance, t.3, 1936, p. 81-94). []
  2. Comte de Roussillon et bailli du Vivarais (†1617), Just-Louis de Tournon épousa en 1583 Madeleine de la Rochefoucauld. À l’occasion de ce mariage fut publié un recueil de poèmes collectif accompagné d’un compte-rendu signé par Honoré d’Urfé sur l’entrée des époux à Tournon (La Triomphante entrée de noble et très illustre dame madame Magdeleine de La Rochefocaud, espouse de hault et puissant seigneur messire Just Loys de Tournon […] faicte en la ville de et Université de Tournon, le dimenche vingt quatriesme du mois d’avril 1583, Lyon, Jean Pillehotte, 1583). []
  3. Il s’agit très probablement de Gaspard-Armand XVIII de Polignac (1579-1659), gouverneur de la ville du Puy-en-Velay et du Vivarais, qui avait épousé en 1599 Claude-Françoise de Tournon, fille de Just-Louis et de Madeleine de La Rochefoucauld. []
  4. E. Droz, op. cit., p. 82. []
  5. Christofle de Gamon, La Semaine ou Creation du monde, du Sieur Christofle de Gamon, Contre celle du Sieur du Bartas, Genève, Gédéon Petit, 1609, f. *11v°. []
  6. L’Astrée de Messire Honoré d’Urfé […], Paris, Toussaint du Bray, 1607. []
  7. Ce fragment se trouve dans E. Droz, op. cit., p. 87. []
  8. En effet, nous ne pouvons pas exclure que Gamon ait continué à réviser l’Antidote malgré le vocabulaire dépréciatif qu’il utilise à son égard. Ce ne serait pas, par ailleurs, un cas unique : il suffit de penser au Printemps d’Agrippa d’Aubigné (1552-1630), recueil resté à son tour manuscrit. Malgré le caractère profane de cette œuvre, les études de Kathleen A. Perry et de Jean-Raymond Fanlo ont permis de supposer que d’Aubigné continua à y travailler bien au-delà de la jeunesse. Voir J.-R. Fanlo, «”D’une mignarde rage”. Pygmalion et Erostrate, ou les deux visages du Printemps d’Agrippa d’Aubigné, Albineana, Cahiers d’Aubigné, n° 14, 2002, p. 131-148 ; K. A. Perry, « A Re-evaluation of Agrippa d’Aubigné’s Printemps : Youthful Love or Mature Theology ? », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 51, n° 1, 1989, p. 107-122. []
  9. Voir E. Droz, op. Cit., p. 82, note 1 : « Cet original composé par M. Christophle Gamon fut dédié à monsieur de Tournon et a esté apparammant imprimé. Il fuct trouvé dans la bibliothèque du chateau de Tournon et fuct donné au soubssigné par Messrs les pretendans lors de l’inventaire. Crozet ». Eugénie Droz n’a pas identifié ce personnage : nous pourrions supposer, je crois, qu’il s’agisse de Jean du Crozet (1553-1642), notaire du Forez et auteur d’un poème pastoral dédié à Honoré d’Urfé (La Philocalie du Sieur Ducroset Foresien, divisée en quatre livres, Lyon, Thomas Soubron, 1593). Just-Louis de Tournon et Jean du Crozet semblent avoir appartenu au même milieu littéraire où se développa le genre pastoral du XVIIe siècle. []
  10. John B. Stetson jr. (1884-1952) était un politicien et diplomate américain. Aviateur pendant la Première Guerre mondiale, il fut instructeur à l’école d’aviation de Tours jusqu’en 1920 et ambassadeur des États-Unis en Pologne de 1925 à 1929. []
  11. Voir le catalogue de cette vente, Romances of Chivalry, European Literature, French Books with Engravings and Rare Americana, Selections from the Collection of John B. Stetson Jr. (New York, Anderson Galleries, April 17 and 18, 1935), New York, American Arts Association, 1935. []
  12. E. Droz, « Vente J. B. Stetson jr. », Humanisme et Renaissance, t. 2, 1935, p. 476-477, ici p. 477. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search