L’ “Hymne de la Science” de Christofle de Gamon (1598)

La science, à entendre dans le sens de scientia, « connaissance », fut un sujet privilégié de la poésie de Christofle de Gamon depuis son premier ouvrage, Le Verger poétique (1598), paru de manière anonyme1. En effet, nous trouvons parmi les poèmes de ce recueil un « Hymne de la Science » en sizains isométriques de pentasyllabes (AABCCB) qui, par son thème, est à mettre en regard avec l’« Hymne de la Philosophie » de Pierre de Ronsard (1555)2 et la « Louange de la Science » de Jacques Peletier du Mans (1581)3.

Emblème du « Pegme de Pierre Coustau, avec les Narrations philosophiques » (Lyon, Barthélémy Molin, 1560) – Lyon, Bibliothèque municipale, cote Rés 810905

Je propose ici, pour la première fois depuis sa publication en 1597, la transcription de ce texte très rare, qui fera l’objet d’une étude plus approfondie dans un billet à venir.


Hymne de la Science

     Tymbrean4 Prophete,
Pere du Poëte,
Flambeau flamboyant,
Qui l’experience
De claire Science,
Nous vas octroyant.
     Toy Tritonienne,
Grand’ Cecropienne5,
Sans qui l’on ne peut
Savoir quelque chose,
Et sans qui l’on n’ose
Chanter ce qu’on veut.
     Mes sœurs docte-nées6,
Saintes, couronnées,
Qui favorisez
Ceux qui vous requierent,
Et du Savoir quierent
Les tresors prisez.
     Faites-moy comprendre,
Que c’est que de prendre
De vos doctes mains,
Ce qui glorifie
Ce qui deifie
Les fresles Humains.
     Est-il chose au monde,
Où tant d’heur abonde
Qu’au docte Savoir :
Ne qui jouyssance
De resjouyssance
Mieux nous face avoir ?
     Ny doux heritage,
Ny l’or du blond Tage7,
Ny le Gangien8,
Ny cil que l’on treuve
Au sable du fleuve
Pactol Lydien9,
     Ny la pierrerie,
Ny l’espicerie
Du Cathay10 gentil,
Ny toutes les choses
Qu’en soy tient encloses
L’Orient fertil :
     Ny santé si bonne,
Ny noble couronne,
Ny chose qui soit :
N’est point comparable
Au bien desirable
Qu’un docte reçoit.
     Ce que la Fortune
Ores qu’importune
N’oste aucunement,
Est plus estimable
Que le consommable
Par promt changement :
     Or sa force haute,
Aux bas Humains oste
Les biens soucieux,
Mais sa grand puissance
N’oste de Science
Les biens precieux :
     Donques la richesse
De l’ample largesse
Du docte Savoir,
En plus grand estime
Qu’autre bien sublime
Chacun doit avoir.
     Puis donc que Nature
À la Creature
Limite les jours,
Ne devons-nous prendre
La peine d’aprendre,
Pour vivre tousjours ?
     À savoir de faire,
Pour nostre heur* parfaire,
Que nostre vif los*
Dans l’avare tumbe
Où nostre corps tumbe
Ne puisse estre enclos ?
     O la belle chose,
Quand le tems dispose
De nos biens, de nous,
Et tourne en fumée
De la renommée
L’espoir le plus doux !
     Mais où est en somme
Tant soit agé l’homme,
Qui ait veu le vent
De Fortune adverse,
Mettre à la renverse
Le nom du Savant ?
     Une roche dure
Les vagues endure
Dans Neré11 profond :
Et aux Docte-sages,
Des gens les outrages
Aucun mal ne font.
     Hé, qui ne desire
Que l’on puisse dire
Après son trespas,
Qu’au cours de sa vie
Il n’a eu d’envie
De faire un faux pas ?
     Et quelle est la Guide
Qui sage nous guide 
Au cours du devoir,
Que cette immortelle
Et blanche chandelle
Du docte Savoir ?
     Celuy est stupide, 
Qui n’est point cupide
De son corps nourrir :
Et pis qui son ame
Dans la noire flamme
Veut laisser mourir :
     Et qu’est celuy donques,
Qui ne voulut onques
Savoir precieux,
Qui seul nous fait vivre,
Qui seul nous delivre
De l’ire des Cieux ?
     Ceux sont deplorables
Ains tres-miserables,
Qui ne veulent point,
Fols et solitaires
Choses salutaires
Au mal qui les point :
     Et que peut-on dire
De qui ne desire
Cela qui guerit
Nostre dolente ame
De l’ardente flame
Que Murce12 nourrit ?
     Ceux-là sont indignes
Des presens insignes
Des Princes Humains,
Qui brutaux s’exemtent
Des biens que presentent
Leurs ouvertes mains :
     Et n’est celuy pire
Qui de haut Empire
Ne veut recevoir
Ce bien secourable,
Ce bien perdurable,
Cet heur, ce Savoir ?
     Veut-on estre habile
Pour n’estre immobile
Parmi les humains ?
Le Savoir dispose
À quelconque chose
Nos utiles mains.
     Il nous fait escrire,
Il nous fait descrire
Ce que nous voulons,
Selon la hautesse,
Ou la petitesse
Dequoy nous parlons.
     Car sa grand puissance
De grand’ connoissance
Nous va decorant,
Nous retirant seule
De l’horrible gueule
Du Monstre ignorant.
      Et fait qu’il n’est chose
Qui nous soit si close
Que nous ne sachions,
Car elle veut mesme
Que du Dieu supresme
Nous nous aprochions.
      De la Terre ronde,
Du spacieux Monde,
Le subtil Savoir,
La source premiere,
La vive matiere,
Nous fait concevoir.
     Par vive peinture
Les faits de Nature
Il monstre à nos yeux :
Et comment posée,
Comment composée
La voute des Cieux.
     Par luy l’on discerne
Du celeste cerne
Les branles tres-beaux,
Les courses, les lustres,
Les actes illustres
Des braves Flambeaux.
     Par un certain conte
Le haut Savoir conte
Des Cieux les brandons :
Et fait que sans faute
De leur grandeur haute
Raison nous rendons.
     Par juste mesure
Subtil il mesure
La Terre et les Cieux,
Voire il rend presentes
Les choses absentes
Au vif de nos yeux.
     Il monstre amiable
La vertu loüable
Des doux Elements :
La claire notice
Du double solstice,
De ses changemens.
     Des roches cornues,
Il nous léve aux nues,
Il nous fait voler,
Pour mieux reconnoistre
Le croistre et descroistre
Des choses en l’air.
     Ce que la grand Terre
Dans ses creux enterre
Il nous fait savoir,
Et des Creatures
Les vives natures
Subtils concevoir.
     Les forces superbes
De toutes les herbes,
Il enseigne à tous :
Et pour nostre usage,
En façonne, sage,
Breuvages tres-doux.
     Des bestes la rage
D’un hardi courage
Domtant bravement,
Il nous fait aprendre
Quel bien on peut prendre
De leur domtement.
     Quiers-tu des années
Les predestinées
Revolutions :
Des saisons glissantes
Les vertus puissantes,
Les mutations ?
     Son œil tres-habile
Voit du tems mobile
Le commencement,
Le progrez, la suite,
Le milieu, la fuite,
Le definement*.
     Il preside aux armes,
Il séche les larmes
Des persecutez,
Il rend nos courages*
Aux mortels orages
Tousjours aprestez.
     Il hante les Princes,
Regit les Provinces,
Tous estats conduit,
Et de la Nature
La riche faiture*
Par art il ensuit.
     En diverses langues
Il fait des harangues,
Tous discours entend :
Et par la Science,
À la sapience
Et vertu, l’on tend.
     La Science seure
Çà-bas nous asseure
Contre les apas
Du traistre execrable,
Et fait que le Diable
Ne nous deçoit pas.
      Elle entend subtile
Comme il faut habile
Soudre* un argument :
Elle est patiente,
Et bien prouvoyante
À l’evenement.
     El’ fait nos paroles
Dessous les deux Poles
Hardiment voler :
Dont leur excellence
Fait qu’en doux silence
L’on nous oit parler.
     Elle est exemplaire
Au bas populaire
De Divinité :
Et donne à qui l’aime
En douceur extresme,
Guerdon* merité.
      Elle nous fait mesmes 
Connoistre à nous-mesmes,
Pour connoistre Dieu :
Et que doit en somme
Plus estimer l’homme
Dedans ce bas lieu ?
     L’or par la soüilleure
Ny noire roüilleure
Ne peut se ronger :
Ainsi chose immonde
Ne peut en ce Monde
Le Savoir changer.
    » Nul en patience
» A de la Science
» Le lustre cherché,
» Que cette lumiere
» N’ait toute premiere
» Tousjours aproché.
     Le bout de sa lice
Nous est plus propice
Voire infiniment,
Que sa course agile
Nous est dificile
Au commencement.
    O qu’est estimable
Qui le bien aimable
Du Savoir requiert :
Et plein d’heur* extresme
Qui tel bien supresme
Diligent aquiert !
     Mais comme un Est passe
Dans un court espace,
Sans mesme laisser
Notable remarque
Par où l’on remarque
Son viste passer : 
     Ainsi trop soudaine,
La vie mondaine
Du rude ignorant,
Onc à la Memoire
Ne delaisse gloire
De soy, se mourant.
     Ce dequoy l’usage
Un homme rend sage,
Dieu seul despartit : 
Celuy de Science
Donne sapience,
Dieu donc l’impartit.
     Or donc Dieu de grace,
Monstre-moy la trace
Des pas du Savoir,
Pour par sa puissance
Seure jouyssance
De bien recevoir.
     Tu es mon Mecœne, 
Ma grand’ Phrygienne13,
Mon vray Pythien14
Mon Prince adorable,
Ma Muse honnorable,
Et bref, tout mon bien.
     Et du large Empire
Où vraiment j’aspire,
Tu feras venir
Sur moy l’abondance
De docte prudence,
Pour mieux te benir.


Glossaire

argument, s. m. : débat – Soudre un argument
definement
, s. m. : fin – Le milieu, la fuite, / Le definement
courage, s. m. : cœur – Il rend nos courages
faiture
, s. f. : création – La riche faiture
guerdon, s. m. : récompense – Guerdon merité
heur
, s. m. : destin – Pour nostre heur parfaire ; bonheur – Et plein d’heur extresme
los, s. m. : honneur – Que nostre vif los
soudre, v. tr. : résoudre – Soudre un argument

Citer cet article : Chiara Cacciola, "L’ “Hymne de la Science” de Christofle de Gamon (1598)", Poésie et sciences à la Renaissance, 15/11/2019, https://psren.hypotheses.org/1190.

Notes

  1. Le Verger poetique divisé en trois Livres, Lyon, Thibauld Ancelin, 1598. Je remercie la Bibliothèque municipale de Moulins et les Archives départementales de l’Allier pour la numérisation de ce précieux ouvrage, dont il n’existe que trois exemplaires. Pour plus d’informations sur ce recueil, je renvoie à la notice bio-bibliographique. []
  2. Dans Pierre de Ronsard, Les Hymnes, Paris,  André Wechel, 1555, p. 74-87. []
  3. Dans Jacques Peletier du Mans, Euvres poetiques […] Intituléz Louanges, Paris, Robert Coulombel, 1581, f. 40r°-62r°. []
  4. Thymbraeus, épithète d’Apollon. Dérivé de Thymbra, ville de la Troade, où ce dieu était honoré ; voir Virgile, Géorgiques, IV, v. 323 : « si modo, quem perhibes, pater est Thymbraeus Apollo ». Nous trouvons le même épithète dans la Franciade de Pierre de Ronsard (Paris, Gabriel Buon, p. 43) : « […] ô grand Patarean, / À l’arc d’argent, Tire-loing, Thymbrean. / Garde Apollon entiere cette troupe ». []
  5. Épithètes de Minerve. []
  6. Les neuf Muses. []
  7. Le fleuve Tage était rangé par Pline l’Ancien parmi les fleuves qui roulent de l’or ; voir la traduction en français de l’Historia uniuersalis par Antoine Du Pinet (Histoire du monde, Lyon, Claude Senneton, 1562 ; dorénavant HU), XXXIII, 4, t. 2, p. 573. []
  8. Le Gange est, toujours pour Pline l’Ancien, l’un des fleuves qui portent l’or dans leurs eaux (HU, XXXIII, 4, t. 2, p. 573). []
  9. Dans la géographie de l’Antiquité gréco-romaine, le Pactole était un fleuve de Lydie, en Asie mineure, aujourd’hui nommé Sart Çayı. Il était célèbre pour son lit sablonneux riche en paillettes d’or. Dans la fable de Midas, Ovide en propose un récit étiologique : ce fut Midas qui, s’étant baigné dans les eaux du fleuve, les transforma en or (Métamorphoses, XI, v. 136-145 ; cf. Hygin, Fables, 191). Virgile, dans l’Enéide, chante les campagnes lydiennes « que le Pactole arrose d’or (pinguia culta […] Pactolusque inrigat auro) » (Enéide, X, v. 140-141). Pline l’Ancien le cite parmi les fleuves où l’on trouve de l’or (HU, XXXIII, 4, t. 2, p. 573). Dans le traité Des fleuves du pseudo-Plutarque, que je cite dans la traduction de Natale Conti, le Pactole est appelé χρυσορρόας, « qui roule de l’or » (voir De terminis Rhetoricis Libri quinque […] Plutarchi item opusculum de Montibus et fluminibus […], Bâle, Heinrich Petri, 1560, p. 17 : « Pactolus fluuius est Lydiae, qui Sardes ciuitatem alluit, atque prius dicebatur Chrysoroa »). []
  10. Nom historique de la Chine du Nord, popularisé par Marco Polo dans le Devisement du monde (voir M. Polo, La description géographique des provinces et villes plus fameuses de l’Inde orientale […], Paris, Étienne Groulleau, 1556). []
  11. Nérée est dans la mythologie grecque un dieu marin, fils de Pontos et père des nymphes Néréides ; il est identifié avec la mer Égée. Voir Hésiode, Théogonie, v. 230-235). []
  12. Épithète de Vénus. Voir, par exemple, les commentaires de Jean Louis Vivès à la Cité de Dieu d’Augustin d’Hippone (Sainct Augustin De la Cité de Dieu […] Illustrée des Commentaires de Jean Loys Vives, de Valence, Paris, Michel Sonnius, 1585, p. 122) : « Et Plutarque aux Problemes dit, “Celle qu’ils appellent maintenant Venus Murcie, il l’appelloient jadis, Myrtée” ». []
  13. Épithète de la déesse Cybèle. []
  14. Épithète d’Apollon. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search